Proposition 68

Division par dix, au moins, de la somme des dépenses autorisées pour les campagnes électorales. Il est profondément immoral que le résultat des élections puisse découler des sommes investies par les uns et les autres, et du degré de dépendance des candidats et des partis à l’endroit des entreprises, des banques, de la finance remplaciste. L’importance de ces sommes encourage d’autre part la politique-spectacle, la confusion déplorable entre l’échange d’idées et le show-business, elle contribue à déconsidérer l’activité politique. Selon des modalités à préciser les divers canaux d’information devront être mis à la disposition des candidats, lesquels disposent déjà gratuitement des nouveaux moyens de communication et des réseaux sociaux. Les vieux procédés de campagne n’ont plus de raison d’être, d’autant que l’affichage, y compris l’affichage politique, doit être sévèrement réglementé, et l’affichage sauvage sanctionné.