Proposition 46

Abandon progressif, non seulement de l’élevage intensif, mais de l’agriculture intensive en général, pour un retour à des unités de petite et moyenne taille, plus conformes aux dimensions de nos pays à l’intérieur du monde globalisé, et à leurs traditions d’excellence. En tournant le dos à la logique productiviste actuelle sans pénaliser, bien au contraire, la situation matérielle des agriculteurs, on favorisera fortement les circuits courts, dans la géographie comme dans les systèmes de distribution. Le nombre de fermes cessera de diminuer, la proportion de la population agricole par rapport à la population globale aussi.