Proposition 43

Établissement, dans chacun des pays de l’Union, d’une liste (très longue) de prénoms autorisés, empruntés aux saints du calendrier, au martyrologe chrétien, aux héros antiques et modernes de l’histoire nationale ou de la civilisation européenne. Il ne sera pas permis de changer de prénom à volonté, d’écrire le sien comme on l’entend, ni bien sûr de changer de nom sans une décision judiciaire. Quant au patronyme au sens strict, c’est-à-dire au nom du père, il redeviendra la règle, à laquelle il ne pourra être contrevenu que par décision de justice. Il est essentiel de réinscrire les Européen dans la lignée, c’est-à-dire dans l’histoire, dans le temps, dans la longue durée, plutôt que de les abandonner, sous couvert de libertés individuelles, à une anomie présentéiste, hors-siècles autant que hors-sol, qui bien entendu est la condition souhaitée pour eux, c’est-à-dire pour lui, pour ses intérêts et pour ses desseins, par le remplacisme global broyeur.